Septembre 2006

Slim Belkhodja : quand le maître se fait professeur

Echec et Mat, le club d'échecs de Forbach gagne un renfort de poids : Slim Belkhodja,Grand Maître International, vient d'être embauché pour entraîner ses meilleurs éléments. L'heure de la reconversion pour le champion.



Les joueurs d'échecs de Forbach ont trouvé leur maître. Leur, Grand Maître même. Un renfort de poids en la personne de Slim Belkhodja, transfuge franco-tunisien embauché pour entraîner les meilleurs des jeunes et des seniors du club forbachois Echec et Mat. En la matière, l'homme n'est pas un... petit joueur. Plutôt un champion reconnu, au palmarès impressionnant : 5e au championnat de France de 1986, maître international en 87, Grand Maître International en 2001, champion du monde arabe en 2001 et vice-champion d'Afrique en 2005. Pas mal, non ? Sans oublier deux participations au championnat du monde et le statut d'entraîneur en 1986 de Joël Lautier, numéro deux français.

Slim, né à Tunis en novembre 1962 d'un père tunisien et d'une mère française, a pourtant commencé tard. « Extrêmement tard pour les échecs », insiste-t-il. A 14 ans précisément. « Je regardais mon père jouer, cela m'a passionné, » et d'ajouter, mentalité de champion oblige : « Et pourtant, ce n'était qu'un amateur éclairé, il jouait très très mal... » L'on devine que la définition d'un joueur médiocre n'est pas la même pour Slim que pour le commun des mortels. Il confirme : « Les gens ne s'imaginent pas toute la différence qu'il peut y avoir entre le haut niveau et le jeu plaisir. »

Cases blanches, cases noires, l'adolescent se prend au jeu au milieu des années 1970, progresse très rapidement. Bénéficie même de quelques mois de séances de travail avec l'entraîneur de Kasparov, avant d'être sacré champion de Tunisie pour ses 20 ans. Une réussite pour laquelle Slim a travaillé d'arrache-pied, à raison de huit heures quotidiennes, apprenant par coeur ouvertures et combinaisons, rejouant cent fois les parties des grands. Pas de place pour la procrastination. Un labeur « monumental », « gigantesque », qui le met à l'écart des préoccupations classiques des ados: « Pour les filles, c'est venu plus tard... » Pas grave, « le temps passé pour les échecs n'a jamais été un effort, ni un sacrifice. »



usure

En 1985, le jeune homme s'installe à Paris, passe professionnel et commence à écumer les tournois. Mais il bosse moins ses classiques, réduit le temps passé devant l'échiquier. « Je n'ai rien foutu. » Un petit passage à vide avant le come-back en 1998. «Je me suis remis à m'entraîner comme un fou. Je me réveillais même la nuit pour penser à des combinaisons. » Slim est sacré grand maître international, reconnaissance suprême qui le place parmi l'élite française. Juste à temps « Vu mon âge, ce n'est plutôt pas mal. Le physique joue beaucoup aux échecs, on s'y use rapidement. La preuve, la discipline a été reconnue Sport en 2000. « A 44 ans, je ne me sens plus aussi en forme. »

2006,l'heure de la reconversion. Slim est désormais semi-pro, rejoint Forbach. Pour transmettre son savoir, « un challenge très motivant ». Ce qui ne l'empêche pas de continuer à enchaîner les compétitions : il revient tout juste des championnats du monde arabe à Dubaï, « une catastrophe, je me suis effondré », s'alignera pour le championnat d'Afrique l'an prochain, « les six premiers sont qualifiés pour les championnats du monde, je compte bien en faire partie ».

Objectif : retrouver la N3

Echec et Mat n'en est pas à sa première embauche de champion. Le club forbachois avait déjà, voilà quelques années, enrôlé un entraîneur de haut niveau, le Maître International Mahfoud Boudiba. « Nous avons été des précurseurs, les premiers en Lorraine à recourir aux services d'un grand champion. C'est valorisant pour tout le monde, chacun y trouve son compte », explique Jean-Claude Bernier, le président du club, poursuivant : « Slim Belkhodja aura pour tâche de s'occuper des meilleurs des jeunes et de les préparer à décrocher des titres régionaux. II entraînera aussi les seniors classés, avec pour objectif que le club de Forbach descendu l'an passé en N4, retrouve la N3. » Et de préciser : « II est là pour transmettre son savoir et nous faire progresser, il sera une locomotive. » Le champion a été embauché en contrat aidé, chargé de dispenser une vingtaine d'heures d'entraînement par semaine.

Par ailleurs, le club d'échec accueille tous les jeunes et adultes désireux de s'affronter sur l'échiquier : entraînement le mercredi à partir de 17 h à la salle des fêtes.



archive Livre d'or